Vidéosurveillance dans les tunnels et sur les autoroutes

    Vidéosurveillance dans les tunnels et sur les autoroutes

    Solutions pour les autoroutes et les tunnels Les accidents dans les tunnels peuvent tourner à la catastrophe. C'est pourquoi les résultat aux tests de l'ADAC (club automobile allemand) peuvent être négatifs si le tunnel n'est pas sous surveillance vidéo continue

    Même s´il est peu probable d'être victime d'un accident automobile dans un tunnel, le risque est cependant constamment présent, étant donné que tout accident peut avoir des conséquences beaucoup plus graves qu'à ciel ouvert en raison de l'étroitesse des lieux et du nombre limité d'issues de secours. C'est une des raisons pour lesquelles l'ADAC (club automobile allemand) teste régulièrement les tunnels dans toute l'Europe.

    En tout, ce sont à peu près 300 tunnels, d'une longueur totale de 240 km environ, rien que sur le territoire allemand. Un critère de contrôle primordial est la présence ou non d'une surveillance vidéo dans le tunnel. Seule une surveillance ininterrompue du tunnel garantit, en cas d'accident, que toutes les mesures de sécurité soient immédiatement prises et que le personnel de surveillance puisse prendre les bonnes décisions adaptées à la situation.

    Quand on parle de « blooming et smear », c´est une bande claire d´une photo, provenant des parties surexposées de l'image. Celle-ci peut être par exemple provoquée par les projecteurs d'une voiture. C'est pourquoi, pour éviter ou minimiser cet effet, il faut veiller à ce que les fonctions correspondantes soient disponibles lors du choix de la caméra.

    Par ailleurs, ces caméras doivent avoir la fonction jour/nuit afin d´être capables de fournir des enregistrements utilisables, même lorsque l'éclairage est faible. Il est indispensable qu'elles disposent de boîtiers extérieurs avec câblages cachés, car le sel et l'eau rejetés par les véhicules pourraient endommager le module de caméra et les câbles. On décidera sur place si les caméras doivent être montées ou non sur des têtes à bascules/inclinables, comme ci-dessus. Un des critères décisifs est, par exemple, de savoir si la caméra doit surveiller une seule ou plusieurs voies et donc savoir si l'installation requiert une plus grande flexibilité. En ce qui concerne les embranchements d'autoroute, il faut d'une manière générale monter des caméras mobiles, de préférence équipées en plus d'objectifs zoom motorisés afin de pouvoir aussi observer avec précision les évènements éloignés, sans perdre en qualité.

    Hauteur de l'installation

    Les caméras doivent être installées à environ cinq mètres de hauteur afin que la vue d'ensemble ne soit pas gênée quand le passage de camions augmente. La détection d'évènements est au cœur de la surveillance des tunnels, c´est pourquoi un écart d´environ150 mètres entre les caméras est tout à fait suffisant pour l'observation.

    Centrale de commande

    La surveillance des tunnels doit être connectée à une centrale de commande 24h/24 afin de pouvoir agir immédiatement en cas d'accident. Peu importe alors qu'elle soit située directement dans le tunnel, comme l´indique le schéma, ou sur un site plus éloigné. L'important est de pouvoir prendre immédiatement les mesures nécessaires en cas d'accident. Grâce à la possibilité d'incorporer également d'autres systèmes de gestion (de bâtiments) par le biais de l'interface OPC, la solution logicielle Zelaris dans sa version Control est ici particulièrement adaptée puisqu'elle a été développée pour ces grandes centrales de commande.